En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour assurer le bon fonctionnement de nos services.
En savoir plus

Activités culturelles

Représentation de "Guerre, et si ça nous arrivait ?" au lycée pour trois classes de première

Par admin albert-thomas, publié le dimanche 19 janvier 2020 13:54 - Mis à jour le lundi 20 janvier 2020 10:51
Image1g.png
Une morale qui traverse les frontières...

Guerre et si ça nous arrivait ? représenté dans notre lycée

Une morale qui traverse les frontières...

 

Ce jeudi 9 janvier 2020 n’était qu’une journée insignifiante pour nous, élèves de 1ère du lycée Albert Thomas... insignifiante jusqu'à ce que la troupe lyonnaise « Les Transformateurs » intervienne. C’est en salle 100, de 14h à 16h, que nous avons pu assister à la représentation théâtrale d’après la nouvelle de Jane Teller, intitulée Guerre et si ça nous arrivait, parue en 2002. Les classes de 1ères 1 et 2 ainsi que STMG 2 étaient réunies pour l’occasion.

Première surprise : une personne est entrée par le fond de la salle avec une valise puis est montée sur scène en se présentant comme Janne Teller elle-même : elle a dit qu’elle allait nous donner à entendre son livre lors d’une sorte de conférence. Nous avons eu du mal à croire que la pièce commençait, nous nous sommes demandé si c'était vraiment Janne Teller. Peu à peu, nous avons compris qu’il s’agissait d’une comédienne (Karine Martin-Prével) : en effet, elle a commencé à mettre en scène le livre dont nous avons reconnu les mots (nous avions lu la nouvelle avant).

 

La couverture de la nouvelle en forme de passeport : parce que qu’aujourd’hui, on n’est rien sans papiers...

 

 

Dans son œuvre, l’auteur inverse la réalité c’est-à-dire qu’au lieu que la guerre se passe en Irak ou en Afghanistan, elle a lieu en Europe : une famille française fuit alors cette guerre et se réfugie en Égypte. La nouvelle nous met donc au cœur de la situation des réfugiés et des jugements qui sont portés sur eux. « Dans cette histoire notre famille se réduit seulement à un chiffre (cinq), mais aucun pays ne peut encore accepter autant de personnes. Cependant nous sommes dans une situation où notre mère est malade, notre frère est parti combattre avec la milice et notre sœur est blessée. Fort heureusement, notre père a réussi à trouver un passeur pour nous emmener jusqu’en Egypte. Il faut rassembler notre vie dans un sac à dos et partir au plus vite... »

Le spectacle s’est déroulé avec les mots exacts de Janne Teller et aussi des ajouts de la comédienne pour exprimer son avis sur l’intrigue et se positionner sur la cause des migrants. Pour marquer les esprits, elle a en effet repris des phrases percutantes, présentes dans la postface de la nouvelle, comme « Agissez envers les autres comme vous aimeriez qu'ils agissent envers vous », ou encore « Tous les humains naissent libres et égaux en droits ». La comédienne avait aussi prévu des schémas représentant des cartes de l’Europe afin de nous faire visualiser les trajets des personnages des deux côtés de la méditerranée et nous impliquer ainsi dans le récit. C'est une manière intéressante de nous transmettre un message sur la vie difficile des migrants. Elle nous posait des questions comme « Et vous, où iriez vous si c’était la guerre à Roanne, si les bombes avaient détruit la plus grande partie du pays, la plus grande partie de la ville ?». L’ensemble de la salle a été captivé par le jeu de l’actrice.

Karine Martin-Prével

 

A la fin de sa pièce, Nicolas Ramond, metteur en scène et directeur artistique, est venu raconter d'où lui est venue l'idée de cette création : il a expliqué que tout a commencé à Lyon lorsqu’en passant chaque jour devant un terrain vague, il voyait de plus en plus de migrants camper dans d’affreuses conditions. Un échange s’est installé, nous avons pu comprendre la méthode d’apprentissage du texte par Karine. Nous avons aussi appris que le CADA (Centre d’Accueil des demandeurs d’Asile) de Roanne était situé juste à côté de notre lycée, et que certains élèves de nos classes y vivent. Les deux comédiens nous ont enfin expliqué que ce spectacle est joué dans différents lycées afin de sensibiliser les élèves au problème d’actualité des migrations.

 

Karine Martin-Prével et Nicolas Ramond en salle 100, prenant la pose après la représentation.

 

Cette représentation a donc été riche en émotions. Nous avons, pendant une heure, vraiment pu vivre l’histoire de l’intérieur. Ainsi nous ne pouvons que réfléchir et nous poser des questions sur les migrations actuelles. Ce spectacle nous a appris également comment vivent vraiment les migrants et nous montre que ce n’est pas facile de vivre dans un camp de réfugiés, pas facile de s’intégrer dans un pays d’accueil si différent du sien. Par ailleurs, nous tirons une morale car aider ces pauvres gens, nous donnera la chance, un jour où l’autre, de recevoir une aide en retour.

 

« On a beaucoup apprécié ce livre car la migration est toujours d’actualité et l’inversement des points de vue des lecteurs qui maintenant ressentent les sentiments d’un migrant nous met dans la position de ce qu’il endure » (Une élève)

Nous voudrions remercier l’équipe ‘‘Les Transformateurs’’ pour cette belle représentation, mais également les dirigeants du Lycée Albert Thomas et notre professeur de Français, Mme Allier, car c’est grâce à eux que nous avons pu assister à cette interprétation du livre, Guerre et si ça nous arrivait ? . Ce fut une expérience très enrichissante. Encore un grand merci, à vous tous !!!

Les élèves de 1ère 1